Développer une nouvelle typologie de produits qui valorise le savoir-faire de l’entreprise

November 8, 2016

Isuke est une entreprise japonaise qui a récemment fêté ses 180 ans. Elle possède un savoir-faire ancestral, celui de la laque naturelle, appelée Urushi. Cette laque est obtenue à partir d’une sève d’arbre (le laquier) qui, suite à un long processus de maturation, devient un matériau imperméabilisant et durcissant : il renforce les fibres du bois sur lequel il est appliqué. Il rend également la surface résistante à la chaleur.

 

La laque naturelle est applicable sur différents types de matériaux. Mélangée avec des pigments naturels, elle révèle des couleurs intenses. Cependant, cette laque parfaitement lisse est parfois assimilée à du plastique par certains clients qui n’en comprennent donc pas du tout le prix ! Jusqu’à présent, l’entreprise a développé des produits dans l’art de la table, sur des bols, des assiettes, et quelques pièces décoratives. Cette catégorie a souffert d’une concurrence à bas prix, et d’un manque de connaissance du consommateur. 

 

 

Notre défi

Comment mieux valoriser le savoir-faire de l’entreprise pour que les clients en comprennent

mieux le prix ? 

Comment montrer de manière évidente à travers le produit que la laque naturelle n’a pas les mêmes qualités que la laque chimique ou que le plastique, et qu’elle fait appel à un vrai savoir-faire ancestral du Japon ? 

 

Notre volonté

Révéler le travail de la main

Un des problèmes principaux de la laque naturelle Urushi est qu’elle peut se confondre visuellement avec des matériaux beaucoup moins nobles tel que le plastique. La laque Urushi est appliquée à la main. Il était donc particulièrement important d’augmenter cet effet « fait-main » et de le mettre en lumière dans les nouvelles créations. 

 

 

Dévoiler ce matériau unique par la lumière

Suite à l’étude de signification de la marque et à quelques études client, le luminaire s’est révélé comme étant

la meilleure typologie de produit pour l’extension de la marque. En effet, lorsque l’on appose une source de lumière sur l’ Urushi, celle-ci révèle les irrégularités et la transparence de la laque (ce qui n’est pas du tout le cas de la laque chimique complètement opaque). 

La valeur perçue d’une lampe est également plus élevée que celle d’un bol en bois, ce qui a permis de trouver un positionnement-prix juste sur le marché, qui valorise le savoir-faire et le coût réel de fabrication. 

 

Faire intervenir de nouveaux matériaux 

Jusqu’à présent l’entreprise appliquait essentiellement la laque naturelle sur le bois. Pour la deuxième série de suspensions, nous avons choisi de l’appliquer également sur du Washi, un papier traditionnel japonais connu pour son grain naturel et sa très grande résistance. 

Celui-ci a permis d’amener une nouvelle texture, de la souplesse et un contraste avec le bois. La laque naturelle vient également recouvrir le Washi et lui procure alors une grande résistante à la chaleur. 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Augmentons la valeur perçue de nos produits

April 1, 2016

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • LinkedIn Social Icon
La Gazette de l'Atelier

Editée trois fois par an, la gazette est notre manière à nous de partager des points de vue et des idées issues de nos échanges avec des fabricants. 

Téléchargez ici les dernières éditions.

Rechercher par Tags
Please reload